Je vais vous faire un aveu : avant de partir, j’étais très impressionnée à l’idée de me rendre sur un continent où la vie est si peu abondante, où elle est si étroitement liée à l’activité dans les océans.

La station se trouve à plus de 200 km de la côte, à une altitude de 1.400 m. Un immense désert de glace nous sépare de la vie foisonnante des océans, et la météo peut rapidement passer à des extrêmes : un beau temps local peut se transformer en quelques heures en grand vent, en blizzard, bref, en une météo rendant difficile les déplacements et l’orientation. Donc, j’imaginais un lieu où il n’y aurait aucun signe de vie autre que les activités des humains à la station.

Et pourtant !

Je vous avais envoyé une photos d’un skua posé sur la carlingue de l’avion : c’était à Novo, la station russe située à l’ouest d’ici, à 25km de l’océan. Sympa mais pas si étrange.

Quel ne fut pas mon étonnement, en arrivant ici, d’en voir voler un couple ici, aux abords de la station PEA, à 1.400 m d’altitude et à plus de 200 km des côtes!

J’ai mené mon enquête, exploré les alentours, avec l’aide d’indications fournies par ceux qui sont à la station depuis plus longtemps.

Je vous ai présenté la situation de la station, les pieds ancrés sur son Nunatak, au bord du glacier. Au sud-ouest, la montagne Utsteinen nous domine de 300m environs. Cette montagne est constituée d’une belle roche de couleur jaune-ocre qui est du granite, attaquée comme tous les reliefs apparents de la région par les vents et le gel. Ses flancs sont soit en rocher franc, ou couverts de glace et de neige, ou encore des pierriers. Ce sont ces derniers qui abritent une importante colonie de pétrels des neiges.

photo-1-utsteinenphoto-2-pierrier-de-la-colonie-de-petrels

Les pétrels des neiges sont des oiseaux d’assez petite taille (envergure* entre 75 et 95 cm pour un poids de 240 à 460 gr) d’un plumage blanc immaculé faisant ressortir le noir des yeux, du bec et des pattes.

petrel_des_neiges_-_snow_petrel

Ce sont des oiseaux marins qui se nourrissent de poissons, calmars, mollusques, crustacés et krill*.

Ils se reproduisent en colonies, élevant 1 à 2 jeunes dans des nids cachés sous les pierres. Lorsque je parle de nid, n’imaginez pas le nid douillet tressé d’herbes sèches ou de feuilles d’arbres : ces végétaux n’existent pas sur le continent antarctique. Il s’agit juste d’une endroit un peu tassé, entre les cailloux, protégé de tout ce qui pourrait provenir du ciel, à commencer par son unique prédateur : le skua ou grand labbe.

photo-4-nid-de-petrelphoto-5-petrel-des-neiges-au-nid

On trouve les skuas dans différents milieux polaires. En effet, il n’y a pas toujours que de la glace et du rocher comme ici sur le continent Antarctique, mais aussi de nombreuses îles, sans forêt, avec de la végétation basse sur le sol que l’on appelle lande. Ils nichent directement sur le sol, à découvert.

Ces oiseaux sont assez gros (envergure : 132 à 140 cm pour un poids de 1,2 à 1,650 kg) et sont de redoutables prédateurs. Ils se nourrissent principalement d’oiseaux de mer. Sur la côte, j’en ai vu qui chassaient les jeunes manchots Adélie en les effrayant pour les pousser dans l’eau où ils avaient vite fait de les noyer, puis de les manger, souvent à plusieurs individus.

photo-6-skua-en-volphoto-7-bebe-skuaphoto-8-skua-adulte-et-poussin

Ici, ce sont les pétrels qui leur servent de garde-manger. Le tribu de ces derniers semble être assez lourd au vu du nombre de restes de cadavres que l’on retrouve. Il faut aussi garder en tête que les ossements peuvent rester intacts pendant des années dans ce genre de contrées, car l’activité des micro-organismes qui dégradent les carcasses des animaux morts est presque inexistante. Donc ce que nous voyons sur cette photo est peut être une accumulation de restes de repas sur plusieurs années. Il n’en est pas moins que se promener aux abords du nid est assez impressionnant.

photo-9-os-petrelsphoto-10-cra%cc%82ne-de-petrelphoto-11-reste-petrel

Donc, si nous suivons nos pétrels de Utsteinen, nous voyons qu’ils se nourrissent en mer à plus de 200 km d’ici, qu’ils doivent revenir chargés de nourriture pour leurs petits restés au nid, bravant les vents parfois tempétueux, les intempéries et le froid, et éviter de se faire attraper par les skuas.

Lorsque l’on se promène, il est fréquent de trouver des restes d’oiseaux, les ailes blanches en particulier, pris dans la glace.

photo-12-pris-dans-la-neige

Alors quel est l’intérêt pour ces oiseaux de faire tant d’efforts pour se reproduire alors que la plupart d’entre eux restent sur la banquise ?

C’est une question de compétition : ici, étant les seuls à se reproduire, ils n’ont pas à défendre leur territoire contre d’autres espèces d’oiseaux.

Maintenant, le pierrier s’est pratiquement vidé de son activité car la plupart des jeunes de la colonie se sont envolé. La semaine passée (le l9 janvier), j ai repéré 2 nids avec des jeunes déjà bien grands. Ce matin, j’espérais les retrouver pour prendre d’autres photos : le pierrier était silencieux.

Pour les repérer, je les écoutais s’interpeller par des cris rauques et un peu grinçants. C’est le meilleur moyen de les repérer car, lorsqu’ils ne volent pas encore, ils restent bien cachés sous les rochers. Aujourd’hui, cette zone de pierrier est abandonnée jusqu’à la fin du mois d’octobre prochain où un nouveau cycle de reproduction débutera. De début novembre à la mi-janvier, les oiseaux blancs peupleront de nouveau la montagne d’Utsteinen.

Ce matin, un oiseau solitaire montait dans le ciel et prenait la direction de l’océan.

Catherine Cherix

Envergure : mesure depuis chacune de l’extrémité des ailes lorsque l’oiseau les ouvre pour voler

Krill : nom donné aux populations importantes de petits crustacés ressemblant aux crevettes (cf « le monde de Nemo » pour les fans). Leur nom latin est Euphrasia, elles vivent en grands groupes, se nourrissent de plancton et servent elles-même de nourriture à de très nombreux prédateurs : manchots, baleines, pétrels…

Pour obtenir les données techniques sur les pétrels, j’ai consulté sur internet la page très bien illustrée : http://www.oiseaux-birds.com/fiche-petrel-des-neiges.html, je vous la conseille !